Donnons-nous rendez-vous à Paris ce printemps

Venez nous rencontrer sur le stand F8

Nous vous parlerons d'Exillance

Lâcher des ballons de l'espoir

Le 13 octobre, des ballons accompagnés d'un message d'espoir pour changer le monde du management ont été lâchés de l'Exillance Institut de Besançon. Trop de burn-out, trop de mal-être, trop de blessures...Exillance propose d'agir au plus vite.

EXILLANCE est une autre conception du management. Le mot est la contraction de deux termes : exigence et bienveillance.

 

 

Le contexte :

 

Pendant de nombreuses années, la notion de management a surtout été liée à la directivité, l'autoritarisme, la puissance et le pouvoir. Vint ensuite progressivement l'idée que le management devait être participatif, collaboratif, essentiellement tourné vers les autres qui devaient être associés aux décisions, aux réunions, aux choix et aux orientations.

 

Beaucoup pensent aujourd'hui que le management moderne doit être exclusivement orienté vers l'autre. Et ceci en délaissant le contrôle, le suivi des résultats et le pilotage de l'activité. Certains vont même jusqu'à émettre l'hypothèse qu'il n'y a plus besoin de managers pour encadrer les équipes. La porte s'ouvre alors à l'accommodation, au laxisme, à la passivité, au débordement et par conséquence à la perte de légitimité managériale.

 

Mais nombreux sont ceux aussi qui persistent à croire que le management à l'ancienne a du bon. Etre dur, fixer des objectifs irréalistes, soumettre les autres serait vertueux. Et ainsi naissent les burn-out et les risques psycho-sociaux : avec toutes les conséquences pour les entreprises et les collectivités : perte de qualité de service et de production, baisse du chiffre d'affaire, diminution de la rentabilité, augmentation de l'absentéisme, hausse du turn-over avec tous les dommages collatéraux financiers (explosion des coûts liés au recrutement, à la formation répétitive des nouveaux embauchés, à la perte d'efficacité globale...) et sociaux liés à une démotivation croissante des équipes et à une mobilisation en berne des encadrants.

 

 

 

EXILLANCE a sa propre conviction : celle d'équilibrer l'exigence et la bienveillance.

 


Qu'est-ce que l'exigence ? 

 

C'est la capacité à demander des efforts aux autres, à ses équipes, à ses collaborateurs, à fixer des objectifs afin d'atteindre des résultats qui ne viendraient pas forcément naturellement. Cette exigence orientée vers les autres n'est pas la seule. Il y a aussi l'exigence destinée à soi-même car dans exigence, il y a aussi la notion d'exemplarité. Se fixer personnellement des objectifs et faire soi-même des efforts permettra de demander beaucoup plus légitimement des résultats et des efforts aux autres. Si je donne le meilleur de moi-même, je pourrai demander à mes collaborateurs de donner le meilleur d'eux-mêmes.

 

 

Qu'est-ce que la bienveillance ? 

 

C'est vouloir le bien pour les autres sans pour autant s'oublier. Que ce soit en matière de résultat ou de conditions de travail, c'est être sincère et attentif à chacun. C'est aussi la capacité à voir les autres et leurs actions, avis ou initiatives sous un angle plutôt positif que négatif. C'est surtout être compréhensif, sans préjugés, sans jugements de valeur et savoir faire évoluer son propre cadre de référence. Dans la bienveillance, on doit pouvoir retrouver de l'optimisme, de la communication avec une bonne compréhension des messages verbaux et non verbaux transmis par ses interlocuteurs. La bienveillance doit être réciproque, en étant soi-même bienveillant, on est en droit d'attendre de la compréhension et de l'indulgence de la part des autres, de ses équipes, de sa hiérarchie. Etre bienveillant avec soi-même, c'est aussi savoir prendre soin de soi, rester indulgent avec soi-même, accepter de ne pas être parfait et de commettre de temps à autre des erreurs.

 

 

Finalement la réciprocité intervient à la fois en matière d'exigence et à la fois en matière de bienveillance. C'est dans ces conditions que l'équilibre managérial sera trouvé, les objectifs plus facilement dépassés et les relations humaines totalement préservées. Une sorte de double comportement vertueux permettant une double réussite : celle du matériel (objectifs, chiffre d'affaire, rentabilité,...) et celle du relationnel.

EXILLANCE est basé sur une conviction forte : que l'exigence peut et doit être associée à la bienveillance. Seule la combinaison des deux comportements permet d'obtenir des résultats effectifs avec des conditions humaines satisfaisantes.

 

"L'exigence sans la bienveillance fait mal, la bienveillance sans l'exigence fait perdre" 

 

                                                                                 Frédéric VANDEWALLE - 13 octobre 2015